Tutoriel pour débuter au Didjeridu :


Introduction :
Le Didjeridu est l'un des plus vieux instruments du monde : ~50.000 ans !
Ce n'est pas un instrument mélodique, comme on en a l'habitude,
mais un instrument
harmonique et rythmique.
C'est un
instrument "de parole" car il utilise (entre autres) les mêmes
mécanismes que l'on utilise pour s'exprimer oralement.
Le Didjeridu n'est que le
prolongement de ta gorge :
ce n'est pas seulement le tube mais c'est la symbiose entre lui et
ton propre système respiratoire qui fait l'instrument.
La forme de ton Didjeridu "idéal" dépend donc de ta propre morphologie.
Pour en savoir plus sur les origines de cet instrument,
clik ici.

1 - Principe de base :
Le Didjeridu est un tube avec deux extrémités.
La petite, en haut, est l'
embouchure. La grande, en bas, est la cloche.
Le vide entre les deux est la
colonne d'air.
La forme générale (longueur, diamètre, évasement...) de celle-ci donnera
les caractéristiques intrinsèques de ton Didjeridu, et en particulier sa
note fondamentale.
Le son de base, appelé
drone (ou bourdon), est produit par une vibration des lèvres dans l'embouchure.
(pas besoin de ses cordes vocales pour l'instant)
Cette vibration est amplifiée par la colonne d'air pour produire le son caractéristique du Didjeridu.
La colonne d'air permet également de réduire le débit de l'air
soufflé dans le Didjeridu... ce qui permet de prendre sa respiration (par le nez)
tout en continuant à produire un son. C'est la
Respiration Circulaire.

2 - Le Drone :
Détends ta bouche et pose-la lèvres fermées contre l'embouchure.
Il ne faut pas qu'il y ai d'air qui puisse passer. Colle-la bien mais pas trop fort.
Ensuite, souffle doucement, lèvres bien détendues.
Les lèvres doivent vibrer comme celles d'un cheval qui souffle :
Pllpllpllpllpllpll
Si tu produits un son de "pet", persiste et ça va venir.
Si tu produits un son de trompette, desserre les lèvres, détends-toi et souffle plus doucement.
Une fois le bon son produit, continue à t'exercer.
Il faut que tes lèvres s'adaptent à ce nouveau mouvement.
Il faut que le drone puisse durer quelques secondes de façon claire pour pouvoir passer à la suite:
les
modulations du son.

3 - Les Harmoniques :
Pour faire simple : au Didjeridu les harmoniques sont les voyelles de l'alphabet.
Pour faire compliqué : d'autres le font mieux que moi >
Wiki (!!!)
Ce sont des
positions de langue (par opposition aux mouvements de langues qu'on va voir après).
A - E - É - I - O - OU - U
( on peut y rajouter
S et J ... W étant pareil que OU )
Lance le drone et essaye de mettre ta langue en position du "A" (sans le prononcer).
A : langue plate, au repos.
Maintenant, fais pareil avec "O".
O : langue au fond... la cavité buccale est donc plus grande (surtout joues gonflées).
Puis avec "
I" : langue juste derrière les incisives > petite cavité buccale.
Plus la cavité buccale est volumineuse, plus l'harmonique sera grave > "OOOO".
Inversement, plus elle sera réduite, plus l'harmonique sera aigüe > "IIIII".
Essaye de passer du "O" au "I" en faisant "OUI OUI OUI" (toujours sans prononcer).

4 - Les Attaques :
On passe aux consonnes !
Il s'agit ici de
mouvements, d"attaques".
Ces attaques peuvent provenir de différentes parties de ton corps :
Ceinture abdominale, diaphragme, gorge, joues, mâchoire, langue ou lèvres.
Un coup d'
abdominaux produira un H qui donnera un gros son grave, idéal pour le tempo.
Avec la
gorge, on peut produire des G un peu comme un dindon : GlGlGllGggl !
Les
joues vont rapidement chasser de gros volumes d'air en faisant des W : Wah Wa.
La
mâchoire inférieure peut elle aussi chasser l'air de la même façon.
La
langue produira presque tout le reste des attaques :
K, R au fond de la gorge ;
D, T, L, N derrière les incisives supérieures ;
F, V en poussant vers l'avant ;
Enfin, les
lèvres pourront produire un P d'une façon un peu particulière... voir ici.
Les autres consonnes labiales (B et M) sont imprononçables sans perdre le drone.
Entraine-toi donc à sortir chacune de ces attaques (sans les cordes vocales).

5 - Le Rythme :
Il est produit par combinaison des harmoniques et des attaques.
Amuse-toi à créer tes propres rythmes :
TeKe TeKe TeKeeee WAH
D'DL D'DL D'DLooo
Di Dje Ri Dooo
WaKaTou WaKaTou WaK

etc...

6 - La Voix Passive :
Mais ça ne s'arrête pas là !
Un bon joueur de Didjeridu est capable de donner l'illusion que plusieurs instruments jouent de concert.
Pour ça, il rajoute sa voix (produite par ses cordes vocales) sur le drone et ses modulations.
Il parle ou chante donc dans son tube en même temps qu'il y souffle.
Comme le Didjeridu a sa propre note fondamentale, il est important de chanter des notes
qui soient en harmonie avec celle-ci. Voir mon
Cercle Harmonique pour ça.
Tu verras que selon le Didjeridu utilisé, certaines notes chantées sortiront clairement
tandis que d'autres seront tremblotantes et étouffées.
Contrairement au drone, la voix passive ne peut pas être produite en continu :
elle doit s'arrêter lors de l'inspiration.

7 - Les Cris :
Toujours avec ses cordes vocales, il est possible de lancer des cris stridents
imitant des cris d'animaux (dingo, chien, mouette, kookaburra...).
Il faut pousser son cri avec son diaphragme pour qu'il soit vraiment sonore.
Il faut aussi prendre sa voix la plus aigüe possible pour contraster avec le son grave du drone.

8 - La Sur-Vibration :
Le drone est la vibration de base du Didjeridu.
Mais si on pince plus les lèvres et qu'on met plus de pression dans son souffle,
on peut obtenir un son de trompette ou de bateau qui sort du port.
C'est la vibration du niveau supérieur, la
sur-vibration.
(Attention à ne pas confondre avec l'overtone en anglais qui est l'équivalent de l'Harmonique...
Le mot anglais pour sur-vibration est
hoot.)
Il y a plusieurs niveaux de sur-vibrations qu'on obtient en serrant encore plus les lèvres à chaque fois.
Mais au dessus de la 4e sur-vibration, c'est quasiment mission impossible !
Une technique du plus bel effet est la sur-vibration
"Pépin", très utilisée par les Yolngus :
Il faut serrer les lèvres et donner un coup rapide avec la pointe de la langue derrière les incisives...
comme pour cracher un pépin de raisin ! C'est le "
P" mentionné plus haut.
Les Aborigènes Yolngu le prononcent
"Dup".

9 - Sur- et Sous-Pressions :
C'est simplement le fait d'augmenter ou réduire la pression en jouant le drone.
L'effet produit est toujours le drone, mais qui semble "tourner" plus ou moins vite.
La note du drone varie ainsi de + ou - un quart de ton.

10 - La Respiration Circulaire :
Aah ! Nous y voila.
Si tout ce qui a été décrit au dessus peut s'acquérir très rapidement,
cette partie là peut demander plus de temps.
Mais il ne faut ni se décourager, ni focaliser trop dessus au risque de faire un blocage.
Lis la théorie ci-dessous, mais continue de t'exercer aux drone/harmoniques/attaques/cris.
La Respiration Circulaire nécessite de ne pas trop y penser...
elle viendra toute seule quand on s'y attend le moins.
Le principe :
C'est un peu celui de la cornemuse, sauf que la réserve d'air n'est pas un sac mais ta propre bouche !
Décomposition des phases :

1 >

  Produire le drone normalement.

2 >

  Bloquer son pharynx* et souffler l'air contenu dans ses joues tandis qu'on prend une brève inspiration du nez "par derrière".

3 >

  Rouvrir son pharynx en soufflant à nouveau l'air de ses poumons > retour au 1.
* Le pharynx est le clapet derrière la langue qui se ferme automatiquement lorsqu'on plonge la tête sous l'eau.
Bon, ça c'est la théorie...
Pour passer à la pratique, voici un petit exercice à faire dans ta salle de bain :

Remplis ta bouche d'eau à pleines joues.
Déjà, ton pharynx s'est bloqué... sinon tu aurais avalé l'eau.
Essaye de bien ressentir cet organe. Ouvert, bloqué.
Toujours joues pleines d'eau, respire par le nez. C'est fastoche !
Tu te rends compte que l'air venu du nez arrive derrière le pharynx bloqué.
Inspire, expire, inspire, expire... les joues pleines d'eau.
Maintenant, évacue l'eau par un petit filet dans ton lavabo...
et continue de respirer par le nez en même temps.
Pas trop dur hein ?
Eh bien c'est le même principe dans le Didjeridu.
Sauf que l'eau, c'est de l'air.
Du coup, tu peux refaire le même exercice hors-Didj' et sans eau :
Souffle doucement dans la paume de ta main, les lèvres collées aux dents pour avoir un faible débit d'air.
Bloque ton pharynx, expulse l'air de ta bouche en inspirant par le nez "par derrière".
Puis enchaîne en soufflant "normalement" (= des poumons) à nouveau.
Tu ne dois pas sentir d'interruption du flot d'air sur ta paume.

11 - Autres types de Respiration Circulaire :
La technique décrite ci-dessus n'est qu'une première étape !
Joues gonflées, elle est lente et crée une variation caractéristique dans le son du drone.
Avec l'habitude, on a besoin de moins de temps pour inspirer, et donc d'une réserve d'air plus petite.
Le fait d'ouvrir la mâchoire et/ou de basculer la langue à l'arrière de son palais (
Rétroflex) permettent
d'augmenter le "volume d'air bucal" sans forcemment gonfler les joues.
On parle de "
Respi' Mâchoire" ou "Respi' Langue".
Comme on inspire moins d'air, le rythme (basé sur la fréquence de respiration) s'accélèrera.
Le secret pour passer en
vitesse turbo, c'est des rebonds du diaphragme.
En poussant l'air brusquement avec une contraction des abdominaux (donc contraction du diaphragme),
le diaphragme va par réaction se décontracter tout aussi brusquement, entrainant les poumons avec lui
ce qui résultera en une aspiration d'air "automatique".
Il s'agit de micro-inspirations à répéter toutes les secondes (ou demi-secondes).
Le rythme devient celui d'une mitraillette !!!
Ces trois nouvelles techniques peuvent être combinées pour plus de souplesse.
Les Aborigènes du Nord-Est d'
Arnhem Land utilisent cette triple combinaison de RC pour un jeu rapide et souple.
Ceux de l'Ouest y rajoutent les joues pour plus de puissance et de rondeur.


Voila, y'a de quoi bûcher !
Je peaufinerais ce tutoriel avec des dessins et des sons quand j'en aurais le temps.
Et pour en apprendre encore plus, je te renvois à
ma page de liens.

Bonnes vibrations !